ARGEO

picto-newsletter Newsletter

bandeau-lexique


lexique

a

ADEME
L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle des ministères en charge de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. L’ADEME participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. L’ADEME met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d’expertise et de conseil afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale. Elle aide en outre au financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre.
Agenda 21 local
Un agenda 21 local offre un cadre de travail aux collectivités locales et à leurs habitants pour y mettre en œuvre les concepts de développement durable. Il s’agit d’une déclinaison concrète de l’Agenda 21 issu de la conférence de Rio en 1992 (déclaration qui fixe un programme d’actions pour le XXIe siècle dans des domaines très diversifiés afin de s’orienter vers un développement durable de la planète). Le terme agenda est à comprendre au sens anglo-saxon du terme, à savoir programme. Celui-ci doit traiter des aspects économiques, sociaux culturels, et environnementaux du projet et intégrer largement la participation de ses acteurs et de la population locale.

b

Biogaz
Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l’absence d’oxygène. Cette fermentation appelée aussi « méthanisation » se produit naturellement (dans les marais) ou spontanément dans les centres de stockage de déchets contenant des déchets organiques, mais on peut aussi la provoquer artificiellement dans des digesteurs (pour traiter des boues d’épuration, des déchets organiques industriels ou agricoles, etc.).
Biomasse
La biomasse regroupe l’ensemble de la matière végétale qui peut être utilisée à des fins de valorisation énergétique pour fabriquer de la chaleur, de la vapeur ou de l’électricité. Elle concerne le bois, le biogaz, les huiles végétales, les biocarburants, …
La biomasse, essentiellement sous forme de bois, représente plus de 10% de la consommation mondiale d’énergie primaire (énergie disponible dans la nature avant toute transformation) et la seconde énergie renouvelable en France derrière l’énergie hydraulique.
Bouquet énergétique
Le bouquet énergétique (ou mix énergétique), correspond à la répartition des différentes sources d’énergies primaires consommées pour la production de chaleur.

c

Chauffage urbain
Le chauffage urbain consiste à distribuer, à tout ou une partie d’une agglomération, de la chaleur produite à partir d’une ou de plusieurs centrales, alimentées par une ou plusieurs sources d’énergie (combustible ou chaleur récupérée). La chaleur est transportée par un réseau de canalisations aboutissant à des postes de livraison, les sous-stations. Le chauffage urbain doit être distingué des chaufferies et des installations de chauffage internes aux immeubles dites réseau secondaire, par opposition au réseau de chaleur considéré comme réseau primaire.
Cogénération
La cogénération est la production simultanée d’énergie thermique (chaleur) et d’énergie mécanique dans une même installation. Ces énergies peuvent être produites à partir de différentes énergies combustibles : le gaz naturel, le fioul ou toute forme d’énergie locale (géothermie, biomasse) ou liée à la valorisation des déchets (incinération des déchets ménagers), qui font fonctionner une turbine ou un moteur. L’énergie thermique est récupérée pour le chauffage et la production d’eau chaude à l’aide d’un échangeur. L’énergie mécanique est transformée en énergie électrique grâce à un alternateur, pour être ensuite revendue à EDF ou consommée par l’installation.
Contrat de Délégation de Service Public (DSP)
La Délégation de Service Public (DSP) est un contrat par lequel une personne morale de droit public confie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé dont la rémunération est liée au résultat d’exploitation du service. C’est une notion de droit français.
Ce contrat peut prendre 2 formes juridiques :
> Le contrat d’affermage :

Le fermier a en charge uniquement les frais d’exploitation et les frais d’entretien. Il est rémunéré sur la vente de la chaleur et le prix fixé au contrat est révisé par indices. Il en reverse une partie à la collectivité locale pour les frais de maintien du patrimoine. Ce type de contrat concerne les réseaux de distribution d’eau et de chauffage et les aéroports.

> Le contrat de concession : (cas d’ARGÉO)

Le concessionnaire a en charge, en plus des frais d’exploitation et des frais d’entretien, les frais de gros entretien et de renouvellement et les investissements. Il est rémunéré de la même façon que le contrat d’affermage. Ce type de contrat concerne de la distribution du gaz, de l’électricité, les réseaux de télécommunication, les réseaux de distribution d’eau et de chauffage et l’assainissement.

Contrat d’abonnement ou « police d’abonnement »
Il s’agit du contrat signé entre le fermier ou concessionnaire et l’organisme gérant les bâtiments à chauffer (syndicats de copropriété, offices HLM ou collectivité locale pour les bâtiments communaux).
Ce contrat reprend les données du contrat de délégation telles que les prix et les formules d’indexation. Il indique en plus la puissance souscrite par le client.
Contenu CO2
Il s’agit d’un indicateur proposé par le SNCU (Syndicat National de Chauffage Urbain) pour mesurer le contenu CO2 des réseaux de chaleur. C’est une donnée qui permet de situer la performance énergétique d’un réseau face aux autres sources d’énergie. Calcul du contenu en CO2 (V) d’un réseau :

V = (U – S) / T
U = Émissions totales de CO2 (tonnes de CO2 issues des énergies entrantes)
S = Émissions de CO2 évitées grâce à la cogénération (tonnes de CO2)
T = Énergie finale totale (MW th)

d

Développement durable
Le développement durable est, selon la définition proposée en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans le Rapport Brundtland[1] : « un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. ».
[1] : d’après le nom de la présidente de la commission mondiale sur l’environnement et le développement, la norvégienne Gro Harlem Brundtland.
Degrés Jours Unifiés
Les Degrés jours Unifiés (DJU) est une unité de mesure calculée sur la base d’une température de référence de 18°C. C’est la différence de température entre la température extérieure et la température de 18°C (température intérieure des logements). Exemple : si à une date donnée, en cours de journée, il fait une température moyenne extérieure de 0°C, les DJU de ce jour seront de 18.
La comparaison des DJU à la moyenne trentenaire (la moyenne de 30 ans de mesure) donne la rigueur. Une rigueur supérieure à 1 indique une saison plutôt froide, une rigueur inférieure à 1 indique une saison plutôt douce.
Dogger
Le Dogger est une couche géologique située entre 1 500 et 2 000 mètres de profondeur, exploitée en Île-de-France. Le Dogger renferme une eau non potable d’une température comprise entre 55 et 85°C.
Doublet géothermique
Un doublet géothermique est un dispositif de forage constitué de 2 puits : un puits appelé “producteur” extrait l’eau du Dogger avec une pompe. Cette eau est envoyée vers un échangeur thermique qui permet le transfert de la chaleur géothermale vers un circuit rempli d’eau propre et non polluante, celui du chauffage urbain. L’eau géothermale est ensuite réinjectée dans le Dogger via un second puits appelé “injecteur ».

e

Eau chaude sanitaire
L’eau chaude sanitaire est une eau à une température située entre 55 et 60 °C, destinée à la consommation : cuisine, salle de bains …
Eau surchauffée
L’eau surchauffée est une eau chaude liquide à une température supérieure à 100°C (température d’ébullition de l’eau à pression atmosphérique). Pour que l’eau reste liquide au dessus de 100°C, elle est mise sous pression (la pression d’eau surchauffée est supérieure à la pression atmosphérique).
Échangeur de chaleur
Un échangeur est un dispositif permettant de transférer de la chaleur d’un fluide chaud vers un fluide froid sans les mélanger. Dans une sous-station, un premier échangeur (appelé échangeur primaire) est connecté au réseau. Il chauffe une boucle interne au bâtiment qui assure le chauffage. Un second échangeur connecté à la boucle interne chauffe l’eau de ville circulant dans un troisième circuit destiné à l’eau chaude.
Énergie primaire
Une source d’énergie primaire est une forme d’énergie disponible dans la nature avant toute transformation. Si elle n’est pas utilisable directement, elle doit être transformée en une source d’énergie secondaire pour être mise en œuvre. L’énergie thermique terrestre exploitée en géothermie, l’énergie solaire, la biomasse transformée en combustible, les combustibles minéraux (charbon, gaz naturel, pétrole), l’énergie mécanique des éléments naturels (énergie hydraulique et éolienne) constituent les principales sources d’énergie primaires.
Énergie renouvelable
Une énergie renouvelable est une source d’énergie se renouvelant assez rapidement pour être considérée comme renouvelable à échelle humaine de temps :

  • > Le vent : énergie éolienne, houlomotrice
  • > Le soleil : énergie thermique, photovoltaïque, thermodynamique
  • > La chaleur terrestre : géothermie
  • > L’eau : énergie hydroélectrique, marémotrice
  • > La biodégradation : biomasse
  • > Le biocarburant
  • > L’hydrothermie : les calories des cours d’eau
Équivalent-logement
L’équivalent-logement est une unité de mesure correspondant à la consommation énergétique d’un logement de 80 m2,occupé par 4 personnes.
Exploitant
L’exploitant de chauffage est le professionnel qui a en charge la gestion des équipements du réseau de chauffage urbain appartenant en général à la collectivité locale, conformément au contrat qui les lie (Contrat de Délégation de Service Public).

g

Gaz à effet de serre
L’effet de serre est un processus naturel de réchauffement de l’atmosphère qui intervient dans le bilan radiatif de la Terre (bilan entre l’énergie reçue par le système Terre-atmosphère et l’énergie que ce système réémet dans l’espace par rayonnement). Il est dû aux gaz à effet de serre (GES) contenus dans l’atmosphère, à savoir principalement la vapeur d’eau (qui contribue le plus à l’effet de serre), le dioxyde de carbone CO2 et le méthane CH4.
Géothermie
La géothermie désigne l’énergie géothermique issue de l’énergie de la Terre qui est convertie en chaleur. Il s’agit d’extraire la chaleur contenue dans la croûte terrestre afin de l’utiliser pour les besoins en chauffage.
Grenelle Environnement
Le Grenelle Environnement (souvent appelé Grenelle de l’environnement) est un ensemble de rencontres politiques organisées en France en septembre et octobre 2007, visant à prendre des décisions à long terme en matière d’environnement et de développement durable, en particulier pour restaurer la biodiversité par la mise en place de schémas régionaux de cohérence écologique, tout en diminuant les émissions de gaz à effet de serre et en améliorant l’efficience énergétique. 

m

Mix énergétique
Le mix énergétique, ou bouquet énergétique, correspond à la répartition des différentes sources d’énergies primaires consommées pour la production de chaleur.

o

OPALY
L’Opaly est un Office public de l’habitat implanté sur les villes d’Arcueil et de Gentilly, dans le Val-de-Marne. Créé en 1949, l’Office gère un patrimoine de 5200 logements sociaux, en assure la maintenance et le développement.

p

Point de livraison
Le point de livraison (ou sous-station) est un local dans lequel la chaleur est livrée pour un bâtiment. C’est à partir de ce point de livraison qu’est distribuée la chaleur dans les logements de ce bâtiment.
Plan Climat
Un plan climat est un plan stratégique pour un territoire donné, composé de différents volets tels que la lutte contre le réchauffement et donc contre les émissions de gaz à effet de serre. Il s’appuie sur :

  • > un état des lieux (bilan carbone, empreinte énergétique, …)
  • > un travail de prospective (tendances lourdes, phénomènes émergents)
  • > des objectifs quantifiés dans l’espace et dans le temps
  • > des indicateurs à l’échelle du territoire considéré
Le climat étant affecté à échelle planétaire, avec des impacts inégalement répartis, il intègre généralement des actions interrégionales et de coopération décentralisée.
Protocole de Kyoto
Le protocole de Kyoto est un traité international visant à enrayer le réchauffement de la planète, signé en 1997 au Japon par environ 180 nations dans le cadre de négociations au sein de l’ONU.
Dans ce traité, 38 pays industrialisés s’engagent à réduire leurs émissions des six gaz à effet de serre considérés comme principales causes du réchauffement climatique. Le protocole de Kyoto stipule que, entre 2008 et 2012, ces émissions devront être réduites par rapport à celles de 1990 par des facteurs fixés selon le profil de chaque pays. Le protocole de Kyoto est entré en vigueur le 16 février 2005. A ce jour, il a été ratifié par 156 pays, dont la France, et à l’exception des États-Unis et de l’Australie.

r

Réchauffement climatique
Le réchauffement climatique désigne le phénomène d’augmentation de la température moyenne en un lieu donné au cours du temps. Certaines formes de pollution de l’air, résultant d’activités humaines, menacent de modifier sensiblement le climat.
Ce phénomène peut entraîner des dommages importants : élévation du niveau des mers, accentuation des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations, cyclones), déstabilisation des forêts, menaces sur les ressources d’eau douce, difficultés agricoles, désertification, réduction de la biodiversité, extension des maladies tropicales.
Réseau primaire
C’est la partie du réseau de chaleur qui transporte la chaleur depuis la chaufferie jusqu’aux postes de livraison des bâtiments.
Réseau secondaire
C’est la partie du réseau de chaleur qui est interne aux bâtiments et qui permet de desservir la chaleur des postes de livraison des bâtiments jusqu’aux logements. Il complète le réseau primaire dans la livraison de chaleur mais sa gestion est distincte de celle du réseau de chaleur.

s

SIPPEREC
Le Sipperec, Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour l’Électricité et les Réseaux de Communication, créé en 1924, est un établissement public local qui réunit 102 collectivités sur 7 départements d’Ile-de-France : Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Seine-et-Marne et Yvelines. Il accompagne, conseille et assiste ses adhérents dans la mise en œuvre de leur politique publique dans les domaines des énergies et des communications pour apporter un service public local de qualité.
Sous-station
La sous-station (ou point de livraison) est un local dans lequel la chaleur est livrée pour un bâtiment. C’est à partir de ce point de livraison qu’est distribuée la chaleur dans les logements de ce bâtiment.

t

Traitement d’eau
Il existe différents types de traitement de l’eau selon son utilisation. L’eau non destinée à la consommation circulant dans les canalisations du réseau (primaire et secondaire) est traitée pour limiter la corrosion et éviter les dépôts. L’eau chaude, est traitée pour être propre à la consommation et subit donc des traitements contre les divers vecteurs de maladies. Les eaux des canalisations du réseau primaire et du réseau secondaire n’entrent jamais en contact avec l’eau chaude, pour éviter toute contamination.
Transition énergétique
La transition énergétique désigne le passage du système énergétique actuel qui utilise majoritairement des ressources non renouvelables vers un bouquet énergétique basé principalement sur des ressources renouvelables ; ceci ne sera possible que par le développement de solutions de remplacement des combustibles fossiles et des matières radioactives (uranium, plutonium), qui sont des ressources limitées et non renouvelables à l’échelle humaine. La transition énergétique prévoit leur remplacement progressif par des sources d’énergies renouvelables : biomasse, géothermie, énergie éolienne…
La « transition énergétique » implique aussi une transition comportementale et une modification radicale de la politique énergétique : en passant d’une politique orientée par la demande à une politique déterminée par l’offre, et d’une production centralisée à une production décentralisée. Le but est d’éviter la surproduction et les consommations superflues pour au contraire parvenir à des économies d’énergie et à une plus grande efficacité énergétique.

w

Watt-heure (Wh)
Le Wh est l’unité de mesure de l’énergie, correspondant à l’énergie produite par une puissance de 1 watt en une heure. On rencontre plus souvent le kWh (échelle d’un logement) ou le MWh (échelle d’un réseau de chaleur).
Retour en haut